Day 6

BBQ & Closing

La fin d'après-midi commence par un bain dans les rochers, au bout de la baie. Après Lumio, la route serpente en front de mer, et dessert les villas disséminées dans le maquis. Jusqu'à celle de Lionel Bensemoun, qui cette année a choisi de la jouer solo bien que la bicoque en pierres ne dispose de plusieurs chambres. Pour les amis surement, car il en a beaucoup. Plongée dans le grand bain méditerranéen, snorking et pêche à l'oursin rythment la dernier jour du festival, à une vingtaine de minutes de la Citadelle seulement. Breakbot et Irfane, partenaires de crime, sont venus avec leur +1.

Diesel in Calvi : Day 5

Day 5

Mais où est passé Gaspar ?

La musique électronique s'est imposée hier soir sur le rocher, avec Jackson & his computer Band, Trentemoller et Xavier de Rosnay.

Les ordinateurs de Jackson annoncent directement la couleur : la nuit sera electro. Dès l'entrée, le grand blond goguenard fait vibrer le Théâtre de Verdure à grands coups de sons expérimentaux rehaussés de mélodies de son cru. Il s'est appliqué à monter une cyber-scéno qui colle parfaitement au propos. Une sorte de totem métallique imitant une carapace de tortue, ou assimilée. Dans le carré Diesel, les VIPs ont fait le déplacement et, dernier soir oblige, les bouteilles de champagne défilent.

Day 4

Hip-Hop

Avant-dernier soir au Théâtre de Verdure, la citadelle se met en mode gangsta en accueillant un quatrième line-up à dominante hip-hop.

DJ Pone intronise la série face à un public éparse. Comme à chaque fois sur le rocher, la majorité des festivaliers traine à table dans les restaurants du coin. La faute à la gastronomie locale, poissons fromages et charcuterie, mais aussi aux après-midi trop arrosés qui appellent au before sieste.

Voir plus

Calvi on the Rocks 2013

Day 6

BBQ & Closing

Par Benjamin Belin

La fin d'après-midi commence par un bain dans les rochers, au bout de la baie. Après Lumio, la route serpente en front de mer, et dessert les villas disséminées dans le maquis. Jusqu'à celle de Lionel Bensemoun, qui cette année a choisi de la jouer solo bien que la bicoque en pierres ne dispose de plusieurs chambres. Pour les amis surement, car il en a beaucoup. Plongée dans le grand bain méditerranéen, snorking et pêche à l'oursin rythment la dernier jour du festival, à une vingtaine de minutes de la Citadelle seulement. Breakbot et Irfane, partenaires de crime, sont venus avec leur +1.

Les deux djs, qui quelques minutes auparavant s'imprégnaient des derniers rayons de la journée, remontent le jardin et montent le son. De la funk, et autres vinyles de circonstance. Certains allument le barbecue quand d'autres préparent le punch. Le taxi de Bea dépose les invités au fil de ses allers-retours. Elle profite des richesse venues du nord pour charger la course à 60e. Pour 20 km, c'est carrément de la spoliation, mais tant pis, le voyage en vaut la peine. Pourfendeur de l'amitié et de la fête entre gens du monde, Lionel a convié Nicolas Bedos, voisin showbiz depuis des lustres, Xavier de Rosnais, qui clôturait la veille les concerts au Théâtre de Verdure, mais aussi Izia Higelin, Charlotte le Bon, Jean Dujardin, Vahina Giocante, et son galeriste d'ami Emmanuel Perrotin.

Au delà du name-dropping hautement fourni pour une soirée insulaire, c'est du crépuscule sur pointe rocheuse dont la plupart viennent se délecter. Jaune, puis oranger, quelques fils cotonneux viennent iriser le spectacle. Horizon immaculé, vierge de tout flux maritime, certains s'essaient à la méditation dans un élan de plénitude, verre de rosé au poing. Les manettes sonores seront plus tard confiées à Dju, Peter Pan, puis Marco Dos Santos, qui transformeront à eux trois la silencieuse villa en un grand dance-floor électrique, où tous les excès sont permis. Une happy end délicieuse digne de la petite sirène. Demandez-lui, elle était là. B.B.

Calvi on the Rocks 2013

Day 5

Mais où est passé Gaspar ?

Par Benjamin Belin

La musique électronique s'est imposée hier soir sur le rocher, avec Jackson & his computer Band, Trentemoller et Xavier de Rosnay.

Les ordinateurs de Jackson annoncent directement la couleur : la nuit sera electro. Dès l'entrée, le grand blond goguenard fait vibrer le Théâtre de Verdure à grands coups de sons expérimentaux rehaussés de mélodies de son cru. Il s'est appliqué à monter une cyber-scéno qui colle parfaitement au propos. Une sorte de totem métallique imitant une carapace de tortue, ou assimilée. Dans le carré Diesel, les VIPs ont fait le déplacement et, dernier soir oblige, les bouteilles de champagne défilent.

Problème dans l'ordre de passage ou volonté assumée de calmer les foules, Trentemoller et ses musiciens montent sur scène en second et apaisent le Théâtre de Verdure. Refrains éthérés, électro intello, la tête d'affiche de la soirée a trouvé son public, visiblement réceptif aux envolées nébuleuses du dj danois.

Autre étoile de la soirée : Xavier de Rosnay, qui clôt l'édition 2013 de Calvi On The Rocks en officiant sous ses consoeurs. Une première partie carrément Ed Banger, pendant laquelle le dj venu solo tabasse façon Justice. On se croirait - cinq ans plus tôt - au concert suintant des Bloody Beetroots au Social Club. Apothéose avec Stress, Xavier n'a pas perdu sa faculté à faire sauter du teenager. Un D.A.N.C.E et quelques sons disco plus tard, les lumières du Théâtre s'éteignent sur Don't Stop Me Now de Queen. Mais pourquoi Xavier, pourquoi ?

" Tonight I'm gonna have myself a real good time
I feel alive and the world I'll turn it inside out - yeah
And floating around in ecstasy
So don't stop me now don't stop me
'Cause I'm having a good time having a good time"


Tout est passé trop vite, mais Brodinski et sa clique (Pone, So-Me, Breakbot) jouent du hip-hop à l'Annexe, comme ils savent si bien le faire. Bien qu'immanquable, la condensation a raison des plus revêches, qui rejoignent bon-an mal-an Chez Tao pour écouter Cassius et Damian Lazarus. Calvi night V is over, le jour se lève, les esprits s'endorment, le sourire aux lèvres.

Calvi on the Rocks 2013

Day 4

Hip-Hop

Par Benjamin Belin

Avant-dernier soir au Théâtre de Verdure, la citadelle se met en mode gangsta en accueillant un quatrième line-up à dominante hip-hop.

DJ Pone intronise la série face à un public éparse. Comme à chaque fois sur le rocher, la majorité des festivaliers traine à table dans les restaurants du coin. La faute à la gastronomie locale, poissons fromages et charcuterie, mais aussi aux après-midi trop arrosés qui appellent au before sieste.

Bien qu'habituellement la fosse ne se remplisse que sur les coups de minuit, à 23h le flux humain s'intensifie pour le live de The Pharcyde. Il faut dire que les quatre rappeurs californiens se sont fait rares depuis les 90's. Ultra-revival donc, l'équipe de L.A. est chargée à bloc, et déverse pendant presque une heure son flow East-Coast, "Passing Me By" et "Runnin" en têtes. Les mains se lèvent, les booty shakent. Madeleine.

Jamie Lidell et dOP prennent les commandes de la suite, pendant qu'Arnaud Rebotini et Scratch Massive mettent le feu aux poudres à l'Annexe Club. Charmant troquet niché dans les ruelles, parfois surnommé "le sauna" pour sa chaleur infernale, l'Annexe fait partie des afters officiels du festival et a la particulière d'être tenu par un homme insomniaque qui ne quitte son bar que pour ouvrir sa boutique de location de scooters. Toute une histoire.